SUIVEZ LE GUIDE !

UNE CHANCE POUR LES PAYSAGES !

Très majoritairement basée sur un élevage à l’herbe dans des exploitations à taille humaine, cette production permet l’entretien des paysages et une autonomie alimentaire pour limiter les importations ou les transports de fourrages et de céréales.
La production ovine joue un rôle important dans l’occupation et l’entretien des zones difficiles et des paysages sans dégrader l’environnement, protégeant les sols contre les inondations mais aussi l’érosion, limitant ainsi les incendies en été, les avalanches en hiver…
Sans l’élevage, ces prairies à l’abandon évolueraient vers un état de forêt improductive pour l’alimentation humaine, fermeraient le paysage et empêcheraient l’usage des terres pour d’autres activités telles que les activités touristiques.

 
 

UNE CONTRIBUTION POSITIVE
POUR LA BIODIVERSITÉ !

Les prairies permettent de réduire l’utilisation d’énergie dans les exploitations, de maîtriser la qualité des eaux et de participer à la lutte contre le réchauffement climatique en stockant du carbone. Ce sont aussi des espaces très riches en biodiversité animale et végétale.
La biodiversité désigne la diversité du monde vivant à tous les niveaux : diversité des milieux (écosystèmes), diversité des espèces, diversité génétique au sein d'une même espèce. La notion de biodiversité comprend l’ensemble des milieux naturels et des formes de vie (plantes, animaux, êtres humains, champignons, bactéries, virus…).

Le maintien de la biodiversité préserve un équilibre entre les populations animales et végétales permettant la conservation d’espèces bénéfiques pour les écosystèmes (pollinisateurs, animaux se nourrissant de plantes invasives…), mais aussi la résistance aux maladies, aux espèces nuisibles et la conservation d’un potentiel d’adaptation aux aléas climatiques.

Les prairies permanentes exploitées par l’élevage ovin permettent de conserver un milieu stable dans le temps et assurent ainsi le maintien des espèces sensibles aux changements de pratiques.

Les éléments agro-écologiques tels que les bordures de parcelles, haies, bosquets, taillis, fossés, murets… sont également propices à la biodiversité car ce sont des réservoirs pour les plantes, petits animaux et insectes sensibles qui ne résistent pas à la pression des pratiques agricoles.

Enfin, la préservation de la diversité floristique des prairies permanentes permet aussi de maintenir une production fourragère plus constante sur l’année, chaque espèce produisant tour à tour.

UN ATOUT POUR LA VITALITÉ
DES ZONES RURALES

En valorisant un territoire à faible potentiel économique, l’élevage ovin, participe au maintien d’un tissu économique pour ces territoires non cultivables ou peu fertiles où poussent naturellement divers végétaux : herbe, buissons, arbustes….

L’élevage ovin permet ainsi le développement d’une activité économique dans ces régions défavorisées, notamment en zones montagneuses, générant des emplois et une vie sociale.

C’est toute une économie, une culture, des paysages et des traditions gastronomiques se sont donc développés autour de l’élevage ovin et des races et qui contribuent pour beaucoup à l’attrait touristique de nos territoires.

Sans oublier l’ensemble des emplois induits par ces filières.

 

*Etude menée en 2015 par le cabinet Occurrence pour les filières ovines française, irlandaise et anglais auprès des 25 - 45 ans dans 6 pays en Europe.